Les 36 propositions de Guillaume Garot

En avril dernier, le député PS de la Mayenne, Guillaume Garot, a rendu son rapport parlementaire sur la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Guillaume Garot
Guillaume Garot – (photo JV/Linfoantigaspi)

Il avait a été missionné par le Premier ministre Manuel Valls, pour faire des propositions pour que la France accroisse sa lutte contre le gaspi. Une continuité du travail déjà engagé quand il était ministre de l’Agroalimentaire, de 2012 à 2014, et pendant lequel il avait notamment lancé le Pacte national contre le gaspillage alimentaire.

Durant sa mission parlementaire, Guillaume Garot a reçu de nombreux acteurs de la lutte antigaspi qu’ils soient associatifs, universitaires, du monde agricole, des entreprises, etc. Et de ces six mois de travail, il a rédigé 36 propositions pour une politique publique de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Le rapport se décline en trois grandes parties. La première concerne « la responsabilité des acteurs » : consommateurs, grande distribution, industriels et producteurs. Une fois ce constat fait du gaspillage à chaque échelle de la chaîne alimentaire, la deuxième grande partie du rapport aborde les « outils d’une politique publique » contre le gaspillage : mesure du gaspillage – sans doute une des mesures les plus importantes – défiscalisation du don, encouragement de l’innovation, etc.

La dernière partie s’intéresse à un « autre modèle de développement » et explore les stratégies à l’échelle territoriale (locale) mais aussi européenne. Sans oublier les possibilités d’emplois.

Le rapport se termine par les traditionnel remerciements, liste des contributeurs (un blog avait été créé pour la mission, toutes les personnes qui le souhaitaient pouvaient envoyer une contribution, certaines étant publiées sur le blog), personnes auditionnées, et les annexes.

Des annexes très pertinentes comme la numéro 2 qui est une synthèse de stratégie numérique. On se plaint souvent que ça ne va pas assez vite mais quand il s’agit d’un sujet aussi important que le gaspillage alimentaire qui implique notamment de changer pratiques et habitudes, la proposition de stratégie prend tout son sens. Et des défis à relever, découlent des moyens à déployer.

Egalement très instructif, l’annexe 3 : un benchmark international des politiques publiques de lutte contre le gaspillage, écrit par Marie Mourad, doctorante au centre de sociologie des organisation, IPE de Paris. Ce document s’intéresse à la lutte antigaspi dans plusieurs pays (Royaume-Uni, Belgique, Corée du Sud),  et aux différentes actions qui ont été mises en place pour renforcer la lutte contre le gaspi, faire de la prévention sur les excédents, faciliter la redistribution ou encore valoriser les bio-déchets.

Je vous reparlerai de la suite dans d’autres articles.

# LES PETITS +++ 

+ Le rapport à télécharger (cliquez => Rapport-Gaspillage-alimentaire_cle0ea927 )Image Rapport-Gaspillage_annote

+ Le blog : Tous contre le gaspillage alimentaire

Durant sa mission, Guillaume Garot avait ouvert un blog et incité tous ceux qui le souhaitaient à lui écrire. Il a publié plusieurs contributions. Le site est toujours en ligne et le député continue de donner des nouvelles au fur et à mesure que les choses avancent.

+ Le Pacte national contre le gaspillage alimentaire (cliquez => pacte_gapillage_alimentaire)

Laisser un commentaire

This site is protected by WP-CopyRightPro