David Gross et sa cuisine antigaspi sont de retour

Il a toujours sa fritomobile qui roule à l’huile de friture. Et sa cuisine mobile bricolée dans une ancienne poubelle. David Gross, le journaliste militant antigaspi est de retour avec la deuxième saison de La Cuisine Antigaspi.

Après l’Autriche, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et la France dans la première saison, David Gross a continué son périple européen à la recherche de solutions antigaspi. Dans cette saison 2, il se rend d’abord au Danemark. Champion de l’antigaspi, le pays a réduit de 25% son gaspillage par foyer. David y rencontre Selina Juul, la militante antigaspi à l’origine de la sensibilisation. Il se rend aussi dans un supermarché We Food, ces supermarchés qui ne vendent que de la nourriture récupérée et des produits à date (DDM) dépassée. Il va aussi chez Rub and Stub un restaurant sans déchet, et y cuisine un plat avec une assiette comestible ! Un vrai repas antigaspi !

Dans le second épisode, David se rend en Angleterre. Il rencontre Para, chef cuisinier fondateur de Food for all. Certains d’entre vous ont peut-être déjà rencontré Para puisqu’il était le chef du Banquet des 5000 à Paris. Avec Food for all, Para cuisine et distribue de la nourriture tous les jours à ceux qui sont dans le besoin. David visite aussi la Secret Seed Society qui oeuvre pour l’implantation de jardins urbains. Et il va bien sûr rencontrer Tristram Stuart, le militant antigaspi mondialement connu. Tristram explique à David le concept de Toast Ale, la bière fabriquée avec du pain rassis.

David et les enfants de la Secret Seed Society (Angleterre)

 

Troisième étape, l’Italie. David rencontre Gaïa la créatrice de Sotto Casa, une appli qui propose les invendus du marchés à prix réduits. Il va ensuite au Jardins Garbatella, qui s’occupe d’un jardin urbain. Il va ensuite à la FAO et rencontre Camelia Bucatariu avec qui il discute du projets Fusions et des données collectées par l’Union européenne pour chiffrer le gaspillage et trouver des solutions. Son voyage l’emmène ensuite sur les terres confisquées à la Camora, sur lesquelles l’association Libera Terra fabrique de la mozzarella.

En Grèce, David rencontre l’association Boroume, qui met en relation des donateurs de nourriture et les associations caritatives qui en ont besoin. Boroume sert plus de 20 000 repas par jour ! Une visite chez Théodoris, un agriculteur qui pratique la vente directe, ainsi qu’un tour en bateau avec Kostas, un pêcheur, sont au programme. L’occasion de découvrir The Other Human, une asso où un cuisiner sert tous les jours des repas aux migrants venus de Turquie.

David et Kostas, en Grèce, qui aide les migrants en leur cuisinant à manger tous les jours.

 

Enfin, David termine cette saison 2 avec la Roumanie. Il y rencontre Cristian Ghita, homme politique local qui lui parle du projet de loi en cours (similaire à celui de la France) pour s’attaquer aux 19 millions de kilos de nourriture jetés chaque année dans le pays. David se rend ensuite chez Somaro, le premier supermarché solidaire du pays. On y apprend notamment qu’en Roumanie, la date de péremption est sacrée : tout produit qui la dépasse doit être jeté. Donc tous les produits donnés à Somaro le sont quelques jours avant la date. Enfin, David termine son périple en Transylvanie chez des habitants qui vivent en autosuffisance et qui n’ont aucun gaspillage.

Cette saison 2 est aussi intéressante que la première. Et David Gross ne s’arrête pas là car la Cuisine Antigaspi, c’est aussi un film. Il a d’ailleurs rencontré le succès au Japon !

Arte diffuse La Cuisine Antigaspi tous les jours aux alentours de 12h15, du 26 juin au 7 juillet. Les épisodes sont aussi disponibles en replay.

Sur le site Wastecooking, le site du projet de David, vous retrouvez des vidéos tournée en 2012 alors que le projet n’était qu’une web série. Et quelques recettes vues dans le documentaire !

 

Laisser un commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This site is protected by WP-CopyRightPro