Contre les dates de péremption, Baptiste a déjà pédalé plus de 100 jours

Il y a quelques mois, j’avais relayé le projet de Baptiste Dubanchet. Militant antigaspi il se lançait dans un défi : relier Paris à New York en vélo et en pédalo pour lutter contre le gaspillage alimentaire, et plus précisément contre les fameuses DDM, les dates de durabilité minimale, qui créent du gaspillage alimentaire tellement elles sont peu comprises des consommateurs.

Baptiste est donc parti de Paris le 6 janvier dernier. Il a d’abord enfourché son vélo pour se rendre jusqu’à Agadir. Là-bas, le 9 avril, il a troqué son vélo pour retrouver son pédalo.

Lors de son périple, il fait évidemment des étapes et fait des rencontres. Il intervient aussi dans certaines classes pour parler du gaspillage alimentaire aux jeunes.

Si Baptiste a choisi de « dépasser ses limites » c’est pour montrer l’absurdité des dates de péremption. Pour cela, il se nourrit pendant tout son voyage avec des aliments qu’il trouve dans les poubelles (dumpster diving) et des aliments qu’il a pu sauver avant de partir. Il a en effet embarqué sur son pédalo des légumes et des fruits qui a fait liophyliser, mais aussi des aliments secs comme du riz ou des lentilles, et dont la date de péremption est largement dépassée : il montre dans une vidéo que ses paquets de taboulet datent de 2015, voir de 2006 pour les plus vieux !

Le but est de montrer que ces aliments sont toujours consommables après la date — la fameuse « A consommer de préférence avant le « — et que les consommateurs ne craignent rien côté santé. Baptiste a même lancé une pétition pour demander à l’Union européenne (qui gère la chose) de supprimer ces dates qui créent de la confusion et donc du gaspillage : beaucoup de consommateurs en effet jettent les produits ou pensent qu’ils ne sont plus consommables dès que la date est dépassée. Or c’est faux. Cette date est celle choisie par le fabricant pour que le produit en question (des gâteaux par exemple) corresponde à son cahier des charges. Chaque fabricant estime qu’après une certaine période, le produit peut commencer à perdre ses qualités : un gâteau pourrait devenir moins croustillant. Mais ça ne lui enlève pas son goût délicieux.

Baptiste demande à l’Union européenne de laisser les dates pour les produits sensibles, mais pour ceux qui ne craignent rien, de remplacer la DDM (le à consommer de préférence avant le) par la date de fabrication du produit. Le consommateur saurait ainsi l’âge de ses produits.

Pour l’heure, Baptiste est en route vers Pointe-à-Pitre, il a dû changer un peu aussi son trajet à cause de la météo. Et la barbe a bien poussé !

Il devrait arriver aux USA dans deux semaines. Ensuite il reprendra son vélo pour relier New York. Et surtout en attendant qu’il arrive, vous pouvez signer la pétition pour la suppression des dates inutiles.

 

+++ Les petits plus +++

+ Le lien pour signer la pétition

+ Suivez Baptiste sur son pédalo

+ La page Facebook de Baptiste pour un suivi régulier

+ Le site internet de Baptiste

+ Et la petite vidéo de Baptiste qui a fêté la fête de la musique sur son pédalo (avec sa trompette)

 

Une pensée sur “Contre les dates de péremption, Baptiste a déjà pédalé plus de 100 jours

  • 1 août 2017 à 9 h 21 min
    Permalink

    Oui Baptiste arrive!!! On peut, maintenant, compter les heures.
    Bravo à lui pour son courage, sa détermination, sa volonté et son grand coeur!

    Répondre

Laisser un commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This site is protected by WP-CopyRightPro