Le gaspillage alimentaire a rendez-vous en octobre aux Etats généraux de l’alimentation

Le ministère de l’Agriculture a annoncé, jeudi 3 août, les ateliers qui seront mis en place pour les Etats généraux de l’Alimentation. On savait déjà que le gaspillage alimentaire sera au menu et que Guillaume Garot présidera l’atelier, la date n’était cependant pas encore connue.

L’atelier numéro 10 sur la lutte contre le gaspillage alimentaire se déroulera donc lors de la session prévue entre le mois d’octobre et la fin novembre. Les Etats généraux sont en effet divisés en deux grands axes : la création et la répartition de la valeur, et une alimentation saine, sure, durable et accessible à tous. Cette seconde partie comprend six ateliers :

  • Assurer la sécurité sanitaire de l’alimentation française dans une économie agroalimentaire mondialisée et dans un contexte de changement climatique tout en prévenant les contaminations chimiques (présidence Marion Guillou, présidente d’Agreenium)
  • Faciliter l’adoption par tous d’une alimentation favorable à la santé (Dominique Voynet, inspectrice générale des Affaires sociales)
  • Lutter contre le gaspillage alimentaire (Guillaume Garot, député, président du CNA)
  • Réussir la transition écologique et solidaire de notre agriculture en promouvant une alimentation durable (Dominique Potier, député, et Sophie Primas, sénatrice)
  • Lutter contre l’insécurité alimentaire, s’assurer que chacun puisse avoir accès à une alimentation suffisante et de qualité en France et dans le monde (François Soulage, président du collectif Alerte)
  • Renforcer l’attractivité des métiers de l’agriculture et des filières alimentaires et développer la formation(Sébastien Windsor, président de la chambre d’Agriculture de Seine-et-Marne)

Pour la partie gaspillage alimentaire, le but sera de continuer le travail déjà engagé (dans le Pacte national par exemple), et de « former des propositions, d’envisager les prochaines étapes », explique Guillaume Garot, député de la Mayenne et président du CNA (Conseil national de l’Alimentation). « Il faut inscrire la lutte contre le gaspillage dans une politique publique cohérente de l’alimentation. »

Une déclinaison régionale et départementale ?

Pour l’heure, peu d’autres détails sont connus. On ne sait pas encore qui seront les participants invités aux ateliers, ni comment ils se dérouleront : tables rondes, groupes de travail, etc. Et surtout combien de temps durera la discussion sur chaque sujet. Ou encore où se dérouleront les ateliers. A ce sujet, Guillaume Garot a « insisté auprès de Stéphane Travert (le ministre de l’Agriculture) pour avoir des déclinaisons régionales (comme lors du Grenelle de l’Environnement il y a quelques années, NDLR) et départementales, dans un soucis de proximité. » Le député doute en effet que les acteurs de la chaîne alimentaire fassent plusieurs heures de route (et encore plus dans les grandes nouvelles régions) pour se rendre à un atelier qui ne se déroulerait qu’à la capitale régionale par exemple. Pour l’heure, cette proposition n’a pas encore été actée.

Les Etats généraux débuteront avec la partie consacrée à la création et la répartition de la valeur. Elle concerne toute la partie agricole, que ce soit la production, les prix pour les agriculteurs, ainsi que les relations commerciales avec les grande surfaces. Ces sept ateliers se dérouleront de fin août à fin septembre.

Laisser un commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This site is protected by WP-CopyRightPro