Avec le Frigo jaune, fini le gaspillage des repas à la cantine du boulot

Parmi les moyens dont disposent les entreprises pour lutter contre le gaspillage alimentaire, il y a la RSE, la Responsabilité sociétale des entreprises. Mais comment faire ? Installer le Frigo jaune : un frigo qui permet de préserver les plats non consommés à la cantine de votre entreprise, et que vous pouvez récupérer. Une des rares solutions pensées pour les entreprises qui disposent d’un point de restauration collective.

Laurence Kerjean et son équipe luttent pour réduire le gaspillage alimentaire depuis quelques temps déjà. Elle avait fondé MeetZeChef, une plateforme qui mettait en relations les particuliers désirant partager leurs restes. Mais devoir aller chercher les participants un par un freine le développement de la société et son impact sur la lutte contre le gaspillage. Lors du hackathon #Winov2016 organisé par Orange, il ressort qu’il serait plus efficace et plus pérenne de pivoter vers un nouveau projet. « On s’est dit : si on veut de l’impact, si on veut lutter contre le gaspillage alimentaire et conseiller les entreprises, comment on fait ? » C’est comme cela qu’est né Le Frigo jaune.

Le Frigo jaune c’est une « solution clé en main » pour les entreprises ou les collectivités, les structures qui ont un point de restauration pour cuisiner sur place ou avec un prestataire qui livre des repas. Concrètement, il est 14h, le repas à la cantine de votre entreprise est terminé. Le prestataire récupère les invendus — « nous ne prenons pas les retours d’assiette » précise Laurence. Ensuite « il dépose le doggybag qu’on lui a fourni dans le frigo. Il enregistre son dépôt dans notre application. Grâce à cela, les employés savent ce qui est disponible dans le frigo. Avant de rentrer chez eux, ils peuvent récupérer les plats pour les consommer eux-mêmes, ou pour les donner à une personne dans le besoin ».

Les repas non emportés par les employés donnés aux associations

Grâce à ce système non seulement l’entreprise réduit le gaspillage des repas, mais les salariés en profitent. « Je suis une mère de famille de trois enfants. Il m’est arrivé de sortir tard de réunion. Si j’avais pu récupérer les cordons bleus de midi pour les cuisiner à mes enfants le soir, j’aurais trouvé ça pratique. Au moins on sait d’où vient la nourriture et on participe à quelque chose de positif pour l’entreprise dans laquelle on travaille. » Le Frigo Jaune ne fournit pas un service de restauration, « notre projet c’est bien de réduire le gaspillage alimentaire. Il coûte 20 milliards par an à la France, et je ne parle même pas du coût sur la planète et pour les générations futures. »

« On est en discussions avec plusieurs entreprises, ce sont des cycles de négociations longs. On vient disrupter ce qu’ont l’habitude de faire les prestataires de restauration collective, il y a des freins psychologiques à lever. » Mais une fois ces freins levés, le Frigo Jaune s’occupe de tout : elle fournit le frigo, les doggybags pour conserver les repas, assure le nettoyage quotidien du frigo et l’animation de la communication interne, ainsi que la mesure de l’impact pour la RSE, avec le chiffre exact de ce qui n’a pas été gaspillé chaque trimestre. Tous les matins, l’équipe du Frigo jaune vient nettoyer le frigo : si des repas n’ont pas été pris la veille, l’équipe de Laurence les récupère et les donne : « On respecte la loi Garot, on ne jette pas. Les dons vont en priorité aux associations de proximité. Si ce n’est pas possible, on donne aux centres d’animaux et en dernier lieu, ces aliments seront compostés ou iront à la méthanisation. »

La démarche est complète. Pour les doggybags par exemple, le Frigo Jaune s’approvisionne chez Take Away. « Il faut être cohérents. Ils sont recyclables et c’est une entreprise lyonnaise. On ne voulait pas des boîtes produites à l’autre bout du monde, avec une empreinte carbone importante. S’approvisionner en France crée aussi de la valeur pour le territoire. »

Ce système peut donc intéresser de nombreuses entreprises puisque l’inscription des mesures antigaspi dans le rapport RSE est obligatoire pour les entreprises de 500 salariés et/ou qui ont 100 millions d’euros de chiffres d’affaires. En France « cela concerne 25000 entreprises, dont pas mal de PME ». Et le Frigo jaune peut aussi être une solution pour les collectivités territoriales impliquées dans l’agenda de la COP 21.

L’aventure du Frigo jaune a démarré en novembre lors du hackathon. Le site internet était en ligne la première semaine de janvier, et « on a installé notre premier client le 14 mars ». L’objectif est « d’avoir un chiffre d’affaires avant la fin de l’année et d’avoir un réel impact sur la réduction du gaspillage alimentaire. On veut installer un maximum de frigo chez un maximum de monde » Pour Laurence Kerjean, « le Frigo jaune répond à une réglementation mais aussi à un projet d’entreprise ». Pour elle, la question n’est pas « si ça va se faire » mais « quand ». « On est une start-up avec toutes ces contraines : on est une petite équipe et on a peu de moyens mais on a beaucoup de soutiens qui se manifestent de différentes manières. On y croit, on est très motivés. »

 

+++ Les petits plus +++

+ Le site du Frigo jaune

+ Le nouveau dispositif qui remplace la RSE a été publié au Journal officiel. (lire ici)

Laisser un commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This site is protected by WP-CopyRightPro