2016, année ou la lutte antigaspi s’intensifie

Voilà, nous sommes en 2016.

Cette nouvelle année qui débute va être riche en évènements pour la lutte antigaspi. Nous avions terminé 2015 avec le vote, en première lecture à l’Assemblée nationale, de la proposition de loi de lutte contre le gaspillage alimentaire. Le 13 janvier, le texte arrive au Sénat. Il est passé en commission le 16 décembre dernier et aucun article n’a été modifié par les sénateurs. En effet, pour être adopté rapidement (et pour éviter une seconde lecture), le texte doit être voté dans les mêmes termes dans les deux assemblées. La séance publique au Sénat est programmée pour le mercredi 13 janvier, et c’est la sénatrice Chantal Jouanno qui en est la rapporteure.

2016, c’est aussi l’année de la sensibilisation et de la mesure. Le 16 octobre dernier, le comité de suivi du Pacte national de lutte contre le gaspillage a défini six grands chantiers à mettre en œuvre cette année, dont une grande campagne de sensibilisation en direction des consommateurs, l’écriture de la convention type dans le cadre des dons des grandes surfaces envers les associations caritatives, ou encore la mesure du gaspillage. Un énorme chantier à mener, ne serait-ce que pour s’accorder sur la définition du gaspillage, et pour concevoir les outils pour mesurer le gaspi. L’Ademe, qui va mener ces missions, aura fort à faire.

Côté législatif, il n’y a pas qu’en France que ça bouge. En Angleterre par exemple, la député Kerry Mc Carthy va elle aussi amener son texte en seconde lecture devant le Parlement. Elle plaide pour mettre des en place des objectifs plus ambitieux en termes d’implication de l’industrie dans la lutte contre le gaspillage, de prévention. Elle souhaite également que le gouvernement revoit sa copie en matière de hiérarchie du gaspi et des actions à mettre en œuvre. Et surtout, elle se bat pour la redistribution des invendus. Si la France est assez avancée en matière de redistribution, ce n’est pas le cas dans d’autres pays. Et alors que l’Angleterre a, en revanche, beaucoup travaillé sur la sensibilisation des consommateurs (en obtenant de bons résultats), elle passe maintenant à l’action concernant la redistribution. Kerry Mc Carthy présentera son texte en seconde lecture le 29 janvier.

Aux USA, nous ferons connaissance avec Chellie Pingree, membre du Congrès américain. Chellie Pingree travaille sur le Food Recovery Act, un texte dédié à la lutte contre le gaspillage alimentaire et qui concerne quatre domaines : le gaspillage dans les commerces et les restaurants, dans les collectivités, chez les consommateurs, et en agriculture. Je vous en reparlerai plus en détails dans les semaines à venir.

Sans oublier tous les autres pays ou les actions antigaspi prennent de l’ampleur, et dans lesquels de plus en plus de lois sont votées. Plusieurs villes canadiennes par exemple ont ou vont voter des incitations fiscales pour encourager les dons alimentaires.

Une nouvelle manière de consommer

Mais 2016 sera aussi synonyme de changement de notre manière de consommer. Un mouvement qui a déjà débuté et qui va s’amplifier cette année. L’économie circulaire se développe, les circuits courts sont de plus en plus utilisés pour s’approvisionner, sans oublier le boom du vrac : de plus en plus de boutiques ouvrent ici ou là : La Recharge à Bordeaux,  Ô Bocal (bientôt) à Nantes, 3ptitspois à Lyon, les magasins Day by day qui se développent dans toute la France, les Biocoops, etc. Il y a même une appli, Conso vrac,  pour trouver les magasins de vrac près de chez vous. La consigne (pour les liquides) fait même son grand retour avec Jean Bouteille. Si vous n’avez pas d’épicerie sans emballages dans votre ville, aller au marché, vous approvisionner en direct chez les producteurs qui font de la vente directe à la ferme, ou via les Drive fermiers, les Amap ou La Ruche Dui dit Oui !, c’est aussi une solution pour avoir accès au vrac et à moins d’emballages inutiles.

Autre phénomène qui prend de l’ampleur, la vente des « moches ». On peut évidemment se réjouir que les moches, écartés jusque-là pour de simples critères esthétiques, reviennent dans les circuits de vente comme le font Les Gueules Cassées qui inspirent de nombreux pays à reproduire ce modèle. Mais on peut aussi s’inquiéter du fait qu’ils soient vendus moins cher : un « moche » coûte le même prix à produire. Les producteurs québécois l’ont rappelé et s’inquiètent d’une demande qui ne pourra pas être régulière. Espérons que les grandes surfaces ne l’oublieront pas.

Depuis ce 1er janvier, les restaurateurs qui servent plus de 160 couverts sont obligés de proposer un doggybag à leurs clients. Là aussi, il va falloir que restaurateurs et consommateurs s’approprient ce nouveau geste, tout en utilisant le doggy bag en bonne intelligence.

Ca bouge aussi du côté des entreprises : que ce soit celles qui interviennent dans les grandes surfaces (Phénix, Zéro Gâchis), les start-up qui créent des applications qui vous aident à cuisiner vos restes ou à faire attention aux dates de péremption, ou encore les grandes structures comme Feedback. Toutes ces entreprises se développent et recrutent.

2016, année solidaire

Et tous ces nouveaux comportements, sont aussi souvent liés à la solidarité. Il y a bien évidemment la redistribution des invendus, ou encore les frigos solidaires,  mais aussi ces jeunes entreprises qui transforment les invendus ou les « moches » comme Les Repêchés Mignons ou Les Confitures Rebelles. Ou encore l’initiative Bon et Bien.

Et il y a aussi les restaurants solidaires. Ils font partie du mouvement du Real Junk Food Project. Un mouvement international de cafés solidaires, qui cuisinent des invendus et permettent à ceux qui ont peu de moyens de ne payer que ce qu’ils peuvent. Si on ne peut pas payer, on peut aussi aider à la vaisselle ou au service. En France, du côté des restau solidaires, citons le Freegan Pony qui cuisine les invendus de Rungis. Et La Cantoche qui ouvrira fin janvier à Brest.

J’aurais pu citer bien d’autres initiatives, il y en a tellement. Mais je vous en reparlerai tout au long de cette année 2016 qui promet d’être riche en matière de lutte antigaspi. Et ce sera, cette année encore, un plaisir pour moi de partager toutes les bonnes initiatives qui existent et l’actu. Merci à tous ceux qui prennent le temps de lire ce blog.

Bonne année 2016 à tous !

Laisser un commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This site is protected by WP-CopyRightPro